english

Théories de la pratique
Galerie Art et Essai. Université de Rennes 2

du 9 juin au 18 juin 2010

Commissariat : Miguel Angel Molina et Ivan Toulouse

L’artiste travaille de manière intuitive et, s’il lui est parfois si difficile d’expliquer sa démarche, il la mène pourtant généralement avec grande assurance. Pour comprendre l’art on ne peut alors se satisfaire du constat de son indicibilité. Cependant son étude « après coup » (histoire de l’art, esthétique, critique…) ne suffit pas à rendre compte du parcours labyrinthique de l’artiste. Pris à rebours, son « itinéraire » apparaît forcément linéaire, sinon rectiligne, les incertitudes ayant été neutralisées par le fil d’Ariane rétrospectif. Pour tenter de comprendre la création, le chercheur doit donc aussi la saisir dans son jaillissement même, dans son instauration.
Miguel Angel Molina et Ivan Toulouse

Les œuvres des artistes se présentent comme un fait accompli qui ne tient pas compte du "faire" dont elles sont le résultat. Ce "faire" est une "pensée" en action souvent à leur insu. L’exposition Théories de la Pratique montrent des pièces qui ont été décisives dans le cheminement de cinq artistes. Elle s’accompagnent de films d’entretien qui dévoilent leur "comment ça s’est fait". Plus encore que les œuvres, ces travaux sont des exemples de mode opératoires.

Cette réflexion fait écho à celle de la Biennale de Rennes "Ce qui vient".
Avec des œuvres de : Samuel Aligand, Christian Barani, Léo Delarue, Patrick Hébrard et Gwen Rouvillois.

projection de 4 plans séquences :
Heaven in the night club (kazakhstan)
en train (kazakhstan)
messe à Harar (Ethiopie)
sur la route (Ethiopie)

projection de "Occupés d’infinité, ils pêchent". (Delta du Pô. Italie.).


English

_ Theorie of the practice
Galery art et essai. University Rennes2
9 june to 18 june 2010

curators : Miguel Angel Molina and Ivan Toulouse

The artist works in a intuitive way and, if it is sometimes so difficult to him to explain its approach, he leads it nevertheless generally with big assurance. To understand the art we cannot then be satisfied with the report of its inexpressible. However his study "afterward" (art history, aesthetic, criticizes) is not enough to report the course labyrinthine of the artist. Rubbed up the wrong way, his course seems necessarily linear, otherwise rectilinear, the uncertainties having been neutralized by the retrospective Ariadne’s thread. To try to understand the creation, the researcher also has to seize it in his gush, in his institution.

Accueil du site > Vidéos pour scénographies > Galerie Art et Essai. Université Rennes 2
© Christian Barani 2018 |
  • Œuvres vidéos /Video works |
  • Videos/films |
  • Livres d’artiste / Art Books |
  • Photographies |
  • Vidéos pour scénographies |
  • Textes |
  • Biographie |
  • Actualités/News |
  • Plan du site | contact | rechercher