Dans le cadre d’ AGORA 2017, la Biennale d’architecture et d’urbanisme de Bordeaux, deux films installés sur les villes géorgiennes de Tskhaltubo et Tchiatura,, sont présentés à la Station Ausone.

Tskhaltubo est une ville thermale édifiée sous Staline afin d’accueillir pour des soins des hommes et des femmes du régime.
Tout autour des bains, 17 immenses hôtels furent construits sur les collines. En 1991, à la chute du régime soviétique, ces architectures furent pillées pour fournir un minimum de ressources aux habitants de la ville qui se sont retrouvés dans une situation sociale et économique catastrophique.
En 1992, après une guerre civile qui conduisit à l’indépendance de l’Abkhazie, région du nord de la Géorgie, de nombreuses familles géorgiennes durent quitter ce territoire pour venir se réfugier dans tout le pays. À l’époque, régnaient le chaos, la famine et les bandits. L’effondrement de l’économie empêcha ces familles de trouver une aide auprès de l’état géorgien. Certaines durent se réfugier dans ces hôtels abandonnés.
Leur situation n’a pas changé depuis 25 ans.
Depuis, ils occupent ces lieux détruits et se sont recréés une vie en transformant certains espaces extérieurs en jardins et en y élevant des animaux.
La ville de Tskhaltubo se transforme par la puissante nature de la Géorgie qui recouvre les architectures. Avec le temps, les parcs se libèrent du dessin de l’homme.

Tskhaltubo : Vestiges d’une utopie
Triple écrans. Durée : 1h30


Tchiatura est une ancienne ville minière qui exportait près de 80% du manganèse mondial sous le régime soviétique . Huit mines permettaient à la région d’avoir une prospérité économique. Le centre de la ville de Tchiatura s’est développée le long d’une rivière située au fond d’une vallée très encaissée. Sur les hauts de collines, les mines furent creusées à l’horizontale et sur les plateaux des habitations furent construites pour les mineurs. Pour relier le haut et le bas de la ville de nombreux téléphériques ont été édifiés. À la chute du mur, la production s’effondre. La plupart des mineurs perdent leur travail et la ville chute dans une très grande précarité.
Aujourd’hui, en enveloppant les sites industriels la végétation tente d’effacer les traces d’un passé industriel glorieux.

Tchiatura : Vertiges d’une utopie
Double écrans. Durée : 1h

Station Ausone
Vernissage le 16 septembre 2017 à 19h
Du 17 septembre au 15 octobre 2017 de 12h à 17h
(sauf les dimanches)
8 Rue de la Vieille Tour. Bordeaux

AGORA 2017
Déléguée générale : Michèle Larue-Charlus
Commissaire : Bas Smets assisté de Federica Leidi

Accueil du site > Actualités/News > Agora 2017. Biennale d’architecture de Bordeaux. Station Ausone
© Christian Barani 2018 |
  • Œuvres vidéos /Video works |
  • Videos/films |
  • Livres d’artiste / Art Books |
  • Photographies |
  • Vidéos pour scénographies |
  • Textes |
  • Biographie |
  • Actualités/News |
  • Plan du site | contact | rechercher