Sous le régime soviétique, la ville minière de Tchiatura exportait près de 50% du manganèse mondial. Huit mines, creusées dans les flancs des collines, permettaient à la région d’avoir une prospérité économique.
Sur le plan urbanistique, Tchiatura est composée de trois espaces :
- un centre ville administratif construit le long de la rivière Kvirila.
- des mines creusées à l’horizontale dans les flancs de cette vallée montagneuse.
- des habitations réparties sur les flancs et les plateaux proches des entrées de mines.

Pour relier le haut et le bas de la ville et pour permettre la circulation des habitants, de nombreux téléphériques ont été édifiés.

À la chute de l’U.R.S.S, la production s’effondre. La plupart des mineurs perdent leur travail et les habitants vivent depuis dans une très grande précarité.


Tchiatura : Extrait. Chanson traditionnelle géorgienne enregistrée par Vincent Moon

Ce film Tchiatura est composé de deux écrans. À de longs plans séquences filmés depuis les cabines des téléphériques et montrant le paysage, s’associent des instants de vie, de travail dans les mines qui composent un portrait poétique de cette ville.

Tchiatura : Extrait. Une histoire de la ville

Tchiatura : Extrait. Les habitations minières

Ce film Tchiatura est produit par Agora 2017, biennale d’architecture et du patrimoine de Bordeaux.
Durée : 58 min.
Ce film a été présenté lors de l’exposition Géorgie à la Station Ausone à Bordeaux.
Elle comporte :
- une installation photographique de Nestan Nijaradze
- des projets d’architecture des étudiants de l’ENSAP de Bordeaux et de l’Ilia State University de Tbilissi.
- des photographies de Renaud Salins
- 2 installations vidéos de Christian Barani

© Christian Barani 2018 |
  • Œuvres vidéos /Video works |
  • Videos/films |
  • Livres d’artiste / Art Books |
  • Photographies |
  • Vidéos pour scénographies |
  • Textes |
  • Biographie |
  • Actualités/News |
  • Plan du site | contact | rechercher