L’installation vidéo "On était prêt à s’asseoir sur un hérisson" est le portrait d’une ville thermale géorgienne, Tskaltubo. Ce dispositif trois écrans représente l’arrivée de la post-modernité dans ce pays d’ex Union Soviétique.

Géorgie. 2017

La construction de Tskaltubo débute en 1925 par la volonté de Staline pour soigner le peuple soviétique. Dans un paysage vallonné et verdoyant, 17 immenses hôtels et de nombreux établissements de soins furent bâtis pour accueillir près de 125 000 personnes par an.

"dans cette vie-là, tout était simple : une seule paire de chaussures pour toutes les saisons, un seul blouson, une seul pantalon. On était éduqué comme les jeunes guerriers de Sparte. Si la Patrie l’ordonnait, on était prêt à s’asseoir sur un hérisson".

Aujourd’hui, la ville est à l’abandon. La nature envahit les espaces et les hôtels pillés pendant la période de l’après chute du régime soviétique, sont squattés par une population géorgienne expulsée d’Abkhazie en 1992.
À cette période, une guerre civile éclata sous la pression de la Russie dans la région de l’Abkhazie, au nord-ouest du pays faisant des dizaines de milliers de morts. Les non abkhazes durent fuir et une partie - environ 10 000 personnes - se réfugia dans ces hôtels abandonnés de Tskaltubo. Depuis, ils survivent dans ces squelettes d’architectures et se ré-inventent une société collaborative, un possible, une vie.

Cette installation vidéo est une dérive poétique dans ces espaces abandonnés où la nature compose avec l’histoire, envahit les architectures modernistes vestiges d’une utopie. Dans ces palaces, hier fierté du régime, dans ces lieux pillés par nécessité lors de la chute de l’URSS, des femmes, des enfants et des hommes s’organisent et vivent en quasi autarcie. Ils élèvent des animaux, cultivent les jardins, transforment les intérieurs des hôtels en habitations.

Pour encadrer cette dérive et fixer le contexte de cet effondrement, des extraits du livre "La fin de l’homme rouge" de Svetlana Alexievitch nous donne à lire, par des témoignages et émotions vécues, la mémoire de l’urss mais aussi celle du conflit armé avec l’Abkhazie.

"Je vais vous parler de l’Abkhazie. Je l’aimais énormément... Je l’aime toujours... Mon premier amour, c’était un russe, il était grand et beau... Vraiment très beau. Ce genre d’hommes, les Abkhazes disent qu’ils sont bons pour la lignée... On l’avait saupoudré de terre, il avait des baskets et un uniforme militaire. Le lendemain, quelqu’un lui avait enlevé ses baskets. Voilà, on l’avait tué..."

"La Perestroïka. Il y avait quelque chose de grandiose là-dedans. Au bout d’un an, notre bureau d’études a fermé et on s’est retrouvé à la rue, ma femme et moi. On a vendu tous nos objets de valeur.
Je me suis lancé dans le commerce. Je vendais des mégots sur le marché. Des bocaux de trois litres remplis de mégots. Mes beaux-parents les ramassaient dans la rue, et moi je les vendais. Et il y avait des gens pour les acheter et les fumer.
Nous avons payé très cher notre naïveté".

_ Au cœur de cette dérive, une villa abandonnée et pillée contemple la ville recouverte. Cette villa fait partie de celles que possédaient Staline. En découvrant ces multiples pièces où seule une baignoire reste - celle de Staline ?, sa salle de cinéma, un texte d’Emmanuel Adely nous évoque la présence incertaine de cet homme qui a fait tué près de vingt millions d’êtres humains.

"dans les années 90, c’était le début du capitalisme, l’argent toujours l’argent. En une journée, on pouvait devenir milliardaire ou prendre une balle dans la tête. Tout le monde était pris d’une frénésie sauvage. Une odeur d’argent flottait dans l’air."

Production : Agora 2017, la biennale d’architecture et du patrimoine de Bordeaux et Christian Barani
Dispositif : 3 vidéo-projections synchronisées et 4 enceintes.
Durée  : 1h 30min
Année : 2017


Accueil du site > Installations vidéo / Video installations > On était prêt à s’asseoir sur un hérisson
© Christian Barani 2019 |
  • Actualités/News |
  • Expériences de la géographie / Experiences in geography |
  • Documentaires déployés dans l’espace / Documentaries in space |
  • Installations vidéo / Video installations |
  • Lectures projections / Projections readings |
  • Documentaires / Documentaries |
  • Œuvres de commande / Commissioned works |
  • Livres d’artiste / Art Books |
  • Photographies |
  • Biographie |
  • Textes |
  • Plan du site | contact | rechercher