Lac Assal.

english

Dans la vallée du rift de la République de Djibouti, dans le noir des roches volcaniques, un lac. Sur la route qui mène, des corps marchent, des cabanes. Ce sont des abris pour les migrants qui ont traversé, durant trois à quatre jours, le désert qui sépare l’Éthiopie de Djibouti. Ils se reposent après avoir échappés à la mort du désert. Ils marchent pour atteindre le bidonville de Djibouti.
Des nuances de bleus, des dégradés de blanc, parfois un mauve. Les couleurs du lac Assal sont presque pittoresques. Enfoncé sous le niveau de la mer, le lac produit du sel, beaucoup de sel. Avant les hommes et les machines étaient en accord. Avant les bulldozers déposaient le sel dans des camions qui le transportaient jusqu’au port de la capitale pour l’Argentine.
Mais la mondialisation est arrivée jusqu’ici. Le sel n’est plus concurrentiel. Les bruits ont cessé, le mouvement s’est figé dans le sel.
La rouille et quelques habitations en pierres dessinent le paysage de bord de lac. Dans le vent qui plie les corps, des hommes cueillent des concrétions de sel pour tenter de les vendre aux éventuels touristes qui pourraient venir contempler le lac.

République de Djibouti. 2005/2019.
15min
Format : 720p


English

Lake Assal.

In the rift valley of the Republic of Djibouti, in the black of volcanic rocks, a lake. On the road leading, bodies walk, huts. These are shelters for migrants who have crossed, for three to four days, the desert that separates Ethiopia from Djibouti. They rest after escaping the death of the desert. They walk to reach the slum of Djibouti.
Shades of blue, gradations of white, sometimes a mauve. The colors of Lake Assal are almost picturesque. Sunk below sea level, the lake produces salt, lots of salt. Before men and machines were in agreement. Before bulldozers put salt in trucks that transported it to the port of the capital for Argentina.
But globalization has come so far. Salt is no longer competitive. Noise has stopped, movement has frozen in salt.
Rust and some stone dwellings draw the lakeside landscape. In the wind that bends the bodies, men gather salt concretions to try to sell them to potential tourists who might come to contemplate the lake.

Republic of Djibouti. 2005/2019.
15min
Format : 720p

© Christian Barani 2021 |
  • Actualités/News |
  • Les vaincus / The defeated |
  • Documentaire déployé / Deployed documentary |
  • Expériences de la géographie / Geography experiences |
  • Film Installation |
  • Lectures projections / Projections readings |
  • Documentaires / Documentaries |
  • Œuvres de commande / Commissioned works |
  • Livres d’artiste / Art Books |
  • Photographies |
  • Biographie. Biography |
  • Textes |
  • Plan du site | contact | rechercher