BIOGRAPHIE

english

Christian Barani est né en 1959, vit à Paris.
Il termine ses études par une maîtrise de sciences économiques à la Faculté de Nice.

Le travail de Christian Barani prend la forme d’une poésie réaliste engagée. Engagée dans une altérité improvisée, jamais recherchée. Son corps souvent perdu dans l’espace, permet de montrer un certain état du monde. Il marche, traverse, observe, ressent, analyse, il rencontre, il filme. Il se perd, il dérive pour trouver, pour provoquer et créer un lien nécessaire et essentiel à la production d’une image. Il marche durant de longues heures jusqu’à l’épuisement, jusqu’au bout de soi. La dérive le met en danger. Un danger physique et mental qui permet, qui autorise à filmer l’autre dans sa difficulté de vie, dans sa quête de survie, dans sa lutte. Ce n’est qu’à ce prix que l’accueil est possible. Être accueilli par l’autre mais aussi accueillir l’autre dans son cadre, dans sa pensée. La dérive, la perte de repère, l’abandon de soi offert à l’autre, produit cette relation, cet échange. Il n’y a plus de posture de domination d’un homme à la caméra puisque Christian Barani est impliqué dans des situations d’une très grande fragilité. Tout devient clair, évident pour tout le monde. La caméra est à la main, la stratégie est visible, il est là pour filmer. L’autre peut accepter ou refuser, parfois juste par un regard qui se détourne. L’effort pratiqué, la mise en danger, la curiosité générée par sa présence soudaine et inattendue, permettent de créer une confiance offerte à l’autre. Ce lien recherché entre filmeur et filmé se révèle alors dans l’image. L’image vient comme une conséquence.

Grâce à l’effort pratiqué durant ces dizaines de kilomètres marchés, il atteint un état de conscience différé où l’inconscient prend le dessus sur le conscient. L’image issue de cette expérience doit être à la hauteur des enjeux. Elle doit être juste, évidente, non calculée. L’improvisation apparaît comme la seule solution, comme la meilleure façon d’être au plus près de la sensation vécue, de la relation naissante. Dans ce geste improvisé, il va réaliser une seule prise. Ce qui est fait est fait, advenu. Il ne recommencera pas. C’est passé. L’improvisation génère une tension, une concentration nécessaire à la justesse de l’image. Il ne rattrape rien au montage. La séquence s’écrit en temps réel. L’improvisation associée à une grande part d’inconscient, permettent au sujet filmé de s’approprier la séquence. Par ce dispositif, il ou elle va pouvoir se mettre en scène, jouer avec, il ou elle va pouvoir participer à la production de sa réalité. Il ne reste plus qu’à Christian Barani de suivre le mouvement et le langage des corps qui apparaissent dans le cadre.

« Après chaque expérience documentaire l’on devient plus ferme plus stable. L’autre sa lutte son énergie sa peur sa foi son sourire sa difficulté son engagement son regard, aident à se construire, à mieux affronter ses propres difficultés. Plus sûr de la violence et de l’égoïsme de l’être humain. »

Lorsque Christian Barani aborde un projet, il va le travailler sur plusieurs années. Il n’est pas question de sujets liés à l’actualité mais une recherche en profondeur et souvent dans des territoires peu médiatiques. C’est cette accumulation de connaissances (sociologique, musicale, anthropologique, littéraire, politique, poétique...) liée à la durée qui l’autorise à filmer. Il filme l’arrivée de la post-modernité dans les pays d’ex union soviétique de 1998 à 2008 au Kazakhstan et depuis 2014 en Géorgie, il filme en Inde et au Népal depuis les années 2000, il filme au Liban depuis 2013… Ces longues séquences temporelles lui permettent de constituer une fluidité dans ces parcours. Il s‘intègre dans les milieux abordés, il apprend et il échange. Il est une présence absente. Les marges, ceux qui sont hors de, les humbles qui résistent, ceux qui n’apparaissent jamais à la lumière du monde libéral, l’intéressent.

Les formes issues de ces expériences n’ont pas d’a priori. Elles sont souvent diverses et prennent la forme de film, de film installation, de lecture projection, de notes photographiques et de textes. Elles se réalisent à partir du matériau capté et sont souvent pensées en fonction des espaces où elles sont exposées. Christian Barani recherche toujours un lien entre les images projetées et l’espace de monstration. Dans sa démarche, l’image est un matériau et non la réalisation d’un scénario, d’un a priori pré-pensé dans le cadre de son bureau et reproduit durant le temps du tournage. Ses images, ses séquences filmées s’accumulent comme des briques qui vont permettent la construction d’édifices.

Pour Christian Barani, le documentaire n’est pas une pensée sur le monde, il est un engagement au monde.


Il réalise en parallèle de nombreuses œuvres de commandes pour des musées ou institutions comme la Maison Arthur Rimbaud à Charleville Mézières, l’Institut Royal des Sciences Naturelles de Bruxelles, le Centre de Culture Scientifiques de Rennes, Agora : Biennale d’Architecture de Bordeaux, le Mons Mémorial Museum en Belgique, Le Musée des Confluences à Lyon, La Cité de l’architecture et du patrimoine de Paris, l’École Nationale Supérieure de Paris Saclay…

De 1990 à 2006, il fonde et dirige le département Images en Mouvement de l’École Nationale Supérieure de Création Industrielle de Paris.

De 1998 à 2001, il crée avec l’artiste Jeff Guess la cellule d’Expérimentation Image et Son à l’ENSCI. Xis est un laboratoire consacré à l’expérimentation et à la recherche, un lieu de croisement entre artistes, architectes et designers. Xis est un lieu de production et de présentation scénographique.

De 2004 à 2006, il crée avec frédéric dumond, Extensions, dynamiques d’écritures à l’ENSCI. Extensions invite des écrivains, des poètes, des plasticiens qui créent des dispositifs, sous forme de performances, installations, mix, dans une liaison indissociable de la forme et du sens.

De 2000 à 2010, il crée avec Véronique Barani et Sabine Massenet une structure de diffusion de films et vidéos d’artistes "estceunebonnenouvelle" qui va regrouper plus d’une centaine de réalisateurs et artistes internationaux. Cette collection comprend plus de 500 films.


2021

Laboratoire de Recherche en Architecture. ENSA Toulouse
École Nationale Supérieure d’Architecture de Paris Val de Seine
Tbilissi Photography and Multimedia Museum. Tbilissi
Livre ALMANACH IDES DE MARS
Musée des Beaux Arts de Rennes
École Nationale Supérieure d’Architecture de Paris Malaquais


2020
ARTE. Atelier de recherche.
Les Rencontres Internationales Paris Berlin. Musée du Louvre. Paris
Festival Les Inattendus. Lyon
La Cité de l’Architecture et du Patrimoine de Paris.
Les Rencontres Internationales Paris Berlin. Haus der Kulturen der Welt. Berlin
Les Journées Nationales de l’Architecture . Toulouse.
L’Estive. Scène Nationale de Foix et de l’Ariège.


2019
Les Abattoirs. Toulouse
Cinéma l’Olympia. L’isle Jourdain
Musée Champollion. Figeac
École Nationale Supérieure d’Architecture de Toulouse
Forum de l’architecture. Nice
Rencontres Internationales Paris Berlin. Haus der Kulturen der Welt de Berlin
Cité de l’architecture et du patrimoine. Paris
Cité des Électriciens. Bruay la Buissière
M.A.S. Museum aan de Stroom. Anvers
Rencontres Internationales Paris Berlin. Forum des images. Paris


2018
Festival Image de ville. Aix en Provence
Festival Image de ville. École d’art d’Aix en Provence
Brussels Urban Landscape Biennal 2018. Palais des Beaux Arts. Bruxelles
Séances Phantom. MK2 Beaubourg
Tbilissi Photography and Multimedia Museum. Tbilissi
Rencontres Internationales Paris Berlin. Haus der Kulturen der Welt de Berlin
POC ! Passeurs d’œuvres. Sète
Fondation Yan Michalski. Suisse
éof. Paris
Les Rencontres Internationales Paris Berlin. Le Forum des images. Le Luminor. Paris
École Nationale Supérieure d’architecture de Versailles
Galerie des bains douches. Marseille


2017
Image de ville / Rencontres Paris/Berlin. Marseille
Movimenta. Biennale de l’image en mouvement. Nice
École Supérieure d’Art de Clermont Métropole
Agora 2017. Biennale d’architecture et du patrimoine de Bordeaux. Hangar 14
Agora 2017. Biennale d’architecture et du patrimoine de Bordeaux. Station Ausone
États généraux du documentaire de Lussas
École nationale supérieure d’architecture de Versailles
Cité de l’architecture et du patrimoine. Paris
École Supérieure d’Art Décoratif d’Amiens


2016
Biennale européenne du patrimoine urbain Toulouse.
Cinémathèque bolivienne de Lapaz. RIPB et la fondacion Cinenomada para les Artes. Bolivie
http://twentynineminfiftyninesec.tu...
Le Laboratoire Internationale pour l’Habitat Populaire. Saint Denis
Columbia University. New York. U.S.A.
Cité de l’architecture et du patrimoine. Chandigarh, 50 ans après Le Corbuiser. Paris
Le Clignoteur. Bruxelles
Cité de l’architecture et du patrimoine. Au hasard Chandigarh. Projection/performance avec Bertrand Gauguet et Louna Muratti. Paris.
Cité de l’architecture et du patrimoine. Autour de Chandigarh. En présence d’Emmanuelle Blanc, Amandine d’Azevedo et Aude Mathe.
L’éclat. Villa Arson. Nice
Galerie du Crous. Beaux Arts de Paris. Paris.


2015
Les Journées Cinématographiques de Carthage. Tunisie
Image de Ville. Vidéodrome 2. Marseille
Rencontres Internationales. The Haus Der Kulturen Der Welt. Berlin
Galerie ARTGESCHOSS. Berlin
Cité de l’Architecture et du Patrimoine. Chandigarh, 50 ans après Le Corbusier. Paris. France.
Galerie du Buisson. "Notes photographiques". Paris. France.
Mons Memorial Museum. Mons. Belgique
École Nationale Supérieure d’Architecture de Montpellier
École Nationale Supérieure d’Architecture de Paris Val de Seine


2014
Rencontres Internationales Paris Berlin. Gaité Lyrique. Paris
Musée des Confluences. Lyon. France.
Musée Commun. Paris
Artisans Filmeurs Associés. Vannes
École Nationale Supérieure d’Architecture de Toulouse
Digital Marrakech Festival. Marrakech. Maroc
Festival Image de Ville. Aix en Provence
Arquiteturas Film Festival Lisboa. Lisbonne. Portugal
Festival Côté Court à Pantin.
Musée d’art moderne André Malraux. MUMABOX. Le Havre


2013
Rencontres Internationales Paris/Berlin/Madrid et La Gaîté Lyrique. Paris
Institut Français d’Ankara. Réseau TRAM. Exposition "Des maisons vides ne font pas une ville". TURQUIE.
École Nationale Supérieure d’Architecture Paris-Malaquais. Paris
Institut Français de Skopje. Macédoine
Les Yeux de l’Ouïe / Atelier Varan. Paris. France
La Saison Vidéo. Lille. France
TRAM et l’Institut Français. Ankara. Turquie
Cinéma du Réel. Centre Georges Pompidou. Paris. France
Espace Art Concret de Mouans Sartoux. France
Festival Filmer le travail. Poitiers. France
Scène nationale de Besançon. France


2012
BPI. Centre Georges Pompidou. Paris. France.
Cité de l’Architecture et du Patrimoine. Paris. France.
Festival CPH : DOX. Copenhague. Danemark.
Centre d’Art L’Onde. Exposition Ever Living ORNEMENT. Velizy.
Biennale d’Architecture de Bordeaux. Hangar 14. France.
Festival Image de Ville à Aix en Provence. France.
Les Escales Documentaires. La Rochelle. France.
Les Yeux de l’Ouïe et l’École Nationale des Beaux Arts de Paris. France.
International Film Festival of Tamil Nadu. Chenai. India.
Rencontres Internationales Paris/Berlin/Madrid. HAUS DER KULTUREN DER WELT. Berlin.
Rencontres Internationales Paris/Berlin/Madrid. Musée d’art contemporain de Yokohama. Japon.
Paris IV. La Sorbonne. Paris. France.
Rencontres Internationales Paris/Berlin/Madrid. Beyrouth Art Center. Liban
Les yeux de l’ouïe. Nancy. France.
Ecole d’Architecture Paris Belleville.Paris. France.
Art Dubaï Project. Dubaï. (Emirats Arabes Unis). Olivier Marboeuf / Abdellah Karroum.


2011
Festival Les Inattendus. Lyon.
Rencontres Internationales Paris/Berlin/Madrid. Centre Georges Pompidou. Paris . France.
Festival OVNI - des Realitat. Centre de Culture Contemporaine de Barcelone.Espagne.
Espace Khiasma. Dubaï across simulation.Projection performance avec Olivier Marboeuf (textes) et Bertrand Gauguet (live musique). Festival Relectures XI. Les Lilas.


2010
The Northen Film Festival. Pays Bas.
Le Lieu Unique et l’Ecole d’Architecture de Nantes. Cinéma Katorza.
École Nationale des Beaux Arts de Paris - Les Yeux de l’Ouïe.Paris. France.
Les Inattendus. Lyon. France.
Espace Khiasma. "Self Fiction". Les Lilas. France. _ Galerie des Filles du Calvaire. Le réel, nouvel opium ?. Paris. France.
Galerie Art et Essai. Université Rennes2.
Maison de la Culture d’Amiens. Université de Picardie Jules Verne. Suspended Spaces. Transat Vidéo.
Centre d’Art de Nicosie. Chypre.
Loin. Espace Ventenac. France.


2009
MUSAC. Musée d’art contemporain de Castille et Léon. Espagne.
Centre de Cultura Contemporània de Barcelona. OVNI 2009 - Rhizomes. Espagne.
Rencontres Internationales Paris/Madrid/Berlin. Haus der Kulturen der Welt. Berlin. Allemagne.
Zagreb Dox 2009. International Documentary Film Festival. Zagreb. Croatie.
Rencontres Internationales Paris/Madrid/Berlin. Cinémathèque de Madrid. Madrid. Espagne.
Compilothèque de Bruxelles. La fabrique du cinéma. Philippe Van Cutsem.
Galerie du Buisson. Traversé. Paris. France.
Galerie du Buisson. L’objet photographique. Expérience #1. Paris
Espace Khiasma. M. Lecture/projection avec frédéric dumond.
Musée d’art contemporain de Yokohama. Japon.


2008
Le Lieu Unique et l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture. Nantes
Rencontres Internationales Paris/Madrid/Berlin. Cinéma l’Entrepôt. Paris.
Cité de l’architecture et du patrimoine. Paris.
Théâtre Duchamp Villon / Hangar 23. Rouen. dans le cadre de la pièce France/Algérie de patrickandrédepuis1966 et Christine Jouve.
La Générale en manufacture. Sèvres. dans le cadre de la pièce France/Algérie de patrickandrédepuis1966 et Christine Jouve .
Institut Français de Fès. Semaine du documentaire de Fès. Maroc.
Festival de l’Oh !. association Son et Image. Champigny-sur-Marne.
Télémétrie, Artistes et Télévision. Cinémathèque de Montréal. Canada.


2007
Red Brick Ware House. est-ce une bonne nouvelle. Yokohama. Japon.
Le Lieu Unique. est-ce une bonne nouvelle. scène nationale de Nantes. France.
Rencontres Internationales Paris/Berlin/Madrid. Espagne
Institut Royale des Sciences Naturelles de Bruxelles. Belgique.
Collectif La Valise. Comme un grand ménage de printemps, avec des courants d’air . Édition livre d’artistes. Caballero 3.
Exposition Mediterrània(es)” Mediterranean(s). Centre d’Art la Panera. Lleida. Espagne.
Le 3015. Intrasection. Paris. France.
Le Lieu Unique. Festival Le livre et l’art. Projection/performance : Harar (Ethiopie). ( 6 écrans). Nantes.
Galerie Villa des Tourelles. Télémétries. Nanterre.
Les Thés Vidéos. La Villette. Paris. France


2006
Rencontres Internationales Paris/Berlin. Jeu de Paume. Paris.
Festival "Le souffle de l’équinoxe". Poitiers. France
Musée d’art contemporain de Yokohama. Japon
Galerie Parisud. Paysages en travaux. Cachan.
Ecole d’Art de Belfort. France.
Médiathèque d’Evry. France.
Docsur. Festival International de Documentaires del Sur. Espagne.
Pulsar Caracas. Rencontres Internationales. Paris/Berlin. Venezuela.
Festival du cinéma français. Rencontres Internationales Paris/Berlin. Jakarta. Indonésie.
Festival de films indépendants Les Inattendus. Lyon. France.
Les Thés Vidéos. La Villette. Paris. France.
Vidéoformes nomade. Musée Mandet. Riom. France.
Centre de Culture Scientifique Technique et Industrielle de Rennes. France.
Maison Arthur Rimbaud hors les murs. est-ce une bonne nouvelle.
Maison Rajata. Bangkok. Ambassade de France. Thaïlande.
Maison Arthur Rimbaud. Charleville-Mézières. France.
Exposition permanente Maison Arthur Rimbaud. Charleville-Mézières. co-production est-ce une bonne nouvelle.


CONFÉRENCES ET WORKSHOPS
École nationale supérieure d’architecture de Paris Malaquais
École Supérieure d’Art de Clermont Métropole.
États généraux du documentaire de Lussas.
École nationale supérieure d’architecture de Versailles
Cité de l’architecture et du patrimoine. Paris.
École Supérieure d’Art Décoratif d’Amiens
308. Maison de l’architecture. Cinéma et Architecture avec Ila Bêka et Louise Lemoine. Bordeaux
Cité de l’architecture et du patrimoine. Plateforme de la création architecturale. Avec Marc Barani. Paris.
Cité de l’architecture et du patrimoine. Autour de Chandigarh avec Emmanuelle Blanc et Amandine d’Azevedo. Paris.
L’Éclat. Villa Arson. Nice.
Bauhaus Weimar University. (à l’invitation d’Herbert Wentcher). 2015
Galerie École des Beaux Arts de Paris. (dans le cadre de l’exposition New South) avec Enrico Chapel et Thierry Mandoul.
École Nationale Supérieure d’Architecture de Toulouse. (à l’invitation d’ Enrico Chapel).
École Nationale Supérieure d’Architecture Quai Malaquais. Paris. (à l’invitation de Thierry Mandoul).
École des Beaux-Arts d’Angers (à l’invitation de Sophie Breuil et David Hénon).
Beyrouth Art Center. Liban. (à l’invitation des Rencontres Paris/Berlin/Madrid).
École Nationale Supérieure de Création Industrielle de Paris.
École des Beaux-Arts de Mulhouse (à l’invitation de Bertrand Gauguet).
Maison populaire de Montreuil (à l’invitation de Françoise Parfait.
EICAR (à l’invitation de David Ortsman).
École d’art Gérard Jacot de Belfort (à l’invitation d’Yvan Etienne). 2006.
École des Beaux-Arts de Mulhouse en collaboration avec l’espace des arts numériques/espace Gantner.
École des Beaux-Arts de Paris.
École des Beaux-Arts de Lorient. (à l’invitation de Nicolas Barrié.
École des Beaux-Arts de Mulhouse. (à l’invitation de Jeff Guess).
École des Beaux-Arts de Limoges. (à l’invitation de Madeleine Van Doren.
École des Beaux-Arts de Dunkerque.


DIFFUSIONS TÉLÉVISUELLES

ARTE. Atelier de recherche. Calendrier de l’avant. 2020

ARTE/La Lucarne
Kazakhstan, naissance d’une nation. France/Allemagne. 2008
mine de rien. France/Allemagne. 2005

ARTE. Die Nacht/La Nuit : une émission de Paul Ouazan.
Atelier de Recherche d’Arte France

Die Nacht / La Nuit # 87. Juin 2009
Die Nacht / La Nuit # 84. Mars 2009
émission d’octobre 2006
septembre 2006
émission de juin 2006
mars 2006
émission d’avril 2005
septembre 2004
émission de janvier 2004
octobre 2002
janvier 2002

ARTE
Ausencia. France/Allemagne. 2000


LIEUX DE CONSULTATION/DIFFUSION/DISTRIBUTION

Phantom. Les Lilas. France
Rencontres Internationales Paris/Berlin/Madrid. France.
ADAV. Paris. France
Centre de Cultura Contemporania de Barcelona/OVNI. Espagne
estceunebonnenouvelle : Khiasma. Paris. France


English

Christian Barani’s work takes the form of a committed realist poetry. Engaged in an improvised otherness, never sought after. His body, often lost in space, allows him to show a certain state of the world. He walks, crosses, observes, feels, analyses, meets, films. He loses himself, he drifts to find, to provoke and create a necessary and essential link to the production of an image. He walks for long hours until he is exhausted, until he reaches the end of himself. Drifting puts him in danger. A physical and mental danger that allows, that authorises the filming of the other in his difficulty of life, in his quest for survival, in his struggle. Only at this price is it possible to be welcomed. To be welcomed by the other but also to welcome the other in his frame, in his thought. The drift, the loss of reference points, the abandonment of oneself offered to the other, produces this relationship, this exchange. There is no longer any posture of domination by a man on camera since Christian Barani is involved in situations of great fragility. Everything becomes clear, obvious to everyone. The camera is in his hand, the strategy is visible, he is there to film. The other person can accept or refuse, sometimes just by a glance that turns away. The effort made, the danger, the curiosity generated by his sudden and unexpected presence, allow the creation of a trust offered to the other. This sought-after link between filmer and filmed is then revealed in the image. The image comes as a consequence.

Thanks to the effort made during these tens of kilometres of walking, he reaches a state of delayed consciousness where the unconscious takes over from the conscious. The image resulting from this experience must be equal to the challenges. It must be accurate, obvious and not calculated. Improvisation appears to be the only solution, the best way to be as close as possible to the sensation experienced, to the emerging relationship. In this improvised gesture, he will carry out a single take. What is done is done, happened. He will not do it again. It’s over. The improvisation generates a tension, a concentration necessary for the accuracy of the image. He doesn’t make up for anything in the editing. The sequence is written in real time. The improvisation, combined with a large part of the unconscious, allows the subject being filmed to appropriate the sequence. Through this device, he or she will be able to put himself or herself on stage, to play with it, he or she will be able to participate in the production of his or her reality. All that remains is for Christian Barani to follow the movement and language of the bodies that appear in the frame.

"After each documentary experience one becomes firmer and more stable. The other, his struggle, his energy, his fear, his faith, his smile, his difficulty, his commitment, his gaze, all help to build oneself up, to better face one’s own difficulties. More sure of the violence and selfishness of the human being. "

When Christian Barani takes on a project, he works on it over several years. It is not a question of subjects linked to current events but of in-depth research, often in territories that are not very well covered by the media. It is this accumulation of knowledge (sociological, musical, anthropological, literary, political, poetic...) linked to the duration that authorises him to film. He has been filming the arrival of post-modernity in the countries of the former Soviet Union from 1998 to 2008 in Kazakhstan and since 2014 in Georgia, he has been filming in India and Nepal since the 2000s, he has been filming in Lebanon since 2013... These long temporal sequences allow him to build up a fluidity in these journeys. He integrates himself into the environments he approaches, he learns and he exchanges. He is an absent presence. He is interested in the margins, in those who are outside, in the humble who resist, in those who never appear in the light of the liberal world.

The forms that emerge from these experiences have no a priori. They are often diverse and take the form of film, film installation, reading-projection, photographic notes and texts. They are created from the material captured and are often conceived according to the spaces where they are exhibited. Christian Barani always looks for a link between the projected images and the exhibition space. In his approach, the image is a material and not the realization of a scenario, a preconceived idea in his office and reproduced during the shooting. His images, his filmed sequences accumulate like bricks that allow the construction of buildings.

For Christian Barani, documentary is not a thought about the world, it is a commitment to the world.


At the same time, he directs numerous commissioned works for museums such as the Arthur Rimbaud House in Charleville Mézières, the Royal Institute of Natural Sciences in Brussels, the Center of Scientifics Culture in Rennes, the Biennal of Architecture in Bordeaux : AGORA, the Mons Mémorial Museum in Belgium, the Confluence Museum in Lyon, the City of architecture et heritage in Paris, l’École Nationale Supérieure of Paris Saclay…

From 1990 to 2006, he founded and heads the Images en Mouvement department at the École Nationale Supérieure de Création Industrielle (ENSCI).

From 1998 to 2001, he created with artist Jeff Guess the Image and Sound Experimentation cell at ENSCI. Xis is a laboratory dedicated to experimentation and research, a crossroads between artists, architects and designers. Xis is a place of production and scenographic presentation.

From 2004 to 2006, he created with frédéric dumond, Extensions, dynamique d’écriture at ENSCI. Extensions invites writers, poets, plastic artists who create devices, in the form of performances, installations, mix, in an inseparable connection of form and meaning.

_From 2000 to 2010, he cofounds, with Véronique Barani and Sabine Massenet, a structure of distribution of videos artists " estceunebonnenouvelle " which is going to include more than hundred international artists and a collection understanding more than 500 movies.

Accueil du site > Biographie. Biography
© Christian Barani 2021 |
  • Actualités/News |
  • Les vaincus / The defeated |
  • Documentaire déployé / Deployed documentary |
  • Expériences de la géographie / Geography experiences |
  • Film Installation |
  • Lectures projections / Projections readings |
  • Documentaires / Documentary films |
  • Œuvres de commande / Commissioned works |
  • Livres d’artiste / Art Books |
  • Photographies |
  • Biographie. Biography |
  • Textes |
  • Plan du site | contact | rechercher