MultiViewer nécessite JavaScript et le lecteur Flash.

CHANDIGARH, 50 ANS APRÈS LE CORBUSIER
Exposition du 13 novembre 2015 au 29 février 2016
Cité de l’architecture et du patrimoine de Paris.

Commissariat/Scénographie : Enrico Chapel, Thierry Mandoul et Rémi Papillault assistés de Martin Gillot.
Artiste  : Christian Barani
Création sonore : Bertrand Gauguet
Prises de sons : Bertrand Gauguet et Julien Gourbeix
Production Cité de l’architecture : Myriam Feuchot assistée de Delphine Dollfus

english

À l’occasion du cinquantenaire de la mort de Le Corbusier, la Cité de l’architecture & du patrimoine de Paris présente une exposition consacrée à Chandigarh, seul projet urbain de grande ampleur de l’architecte.
L’exposition présente la capitale du Pendjab telle qu’elle est aujourd’hui, vécue et appropriée par les Indiens. Elle montre la quotidienneté, la façon dont ses habitants vivent la modernité et rendre compte de la façon dont les Indiens l’ont assimilée, détournée ou non.

Décidée par le Premier ministre Nehru à la suite de l’indépendance de l’Inde en 1947, la construction de la ville s’inscrit dans un vaste plan de modernisation du pays. Un réseau de plus de cent villes nouvelles est conçu dans un but de rééquilibrage et de renforcement des grands États indiens.
Le Corbusier travaille ainsi sur la nouvelle capitale administrative du Pendjab de 1951 à sa mort en 1965, avec l’aide de ses associés Pierre Jeanneret, Maxwell Fry, Jane B. Drew et d’architectes indiens.
L’exposition souhaite redonner à Pierre Jeanneret la place et le rôle de concepteur qui fut la sienne dans la construction de cette ville en y passant quinze ans de sa vie.
La ville est inaugurée le 7 octobre 1953.

Une grille de lecture de la ville composée de 7 thématiques (en référence aux 7 voies de Le Corbusier) est proposée par les commissaires afin de documenter la ville : domestique, nature, mobilité, secteur, informel, polis et héritage. Un huitième écran est venu se rajouter aux 7 autres, consacré au Capitole, partie de la ville entièrement conçue et dessinée par Le Corbusier qui accueille le Palais de justice, le Palais de l’Assemblée, le Secrétariat, la tour des ombres, la main ouverte, le mémorial aux martyrs et la colline géométrique.
Ces 7 plus une thématiques sont déployées sous forme de 8 écrans de 4 m de base intercalés entre les arches de la salle. Une création sonore, composée à partir de sons enregistrés dans la ville de Chandigarh, crée une image sonore de la ville et vient se synchroniser par moments sur les séquences images.

Documenter une ville est impossible. Mais il fallait bien trouver une forme à cette impossibilité.
La réponse fut de réaliser un corpus de films qui dépasse le temps d’une journée d’ouverture du musée. L’exposition propose aux visiteurs 14 heures de films disposés dans l’espace de l’exposition.
Dès son entrée dans la salle, le visiteur se retrouve face à un dispositif d’écrans qui va l’amener à prendre des décisions quant à la manière dont il va découvrir la ville de Chandigarh et dont il va visiter l’exposition. Il comprend très vite qu’il ne pourra pas tout voir et que la ville est bien plus grande que lui puisqu’il est en face de 14 heures de films. (1h 17 min 09s par écran). Ces films sont composés de modules durant entre 3, 5 ou 10 minutes et séparés par des noirs. Il va pouvoir et devoir choisir la manière dont il va regarder les séquences qui lui sont proposées. Soit il s’assoit devant un écran dans une configuration frontale, dite cinématographique, soit il prend de la distance par rapport aux écrans et regarde plusieurs écrans en même temps. Ce dispositif entraîne qu’aucun visiteur ne voit la même représentation de la ville. Grâce à ce dispositif, le visiteur garde sa liberté de regarder et décide de la manière dont il appréhende la ville.
Face à ce corpus d’images, soit il décide de se laisser aller au hasard de sa déambulation et découvre ce qui lui apparaît sans se poser de questions. Soit il peut s’organiser et prendre à l’entrée de l’exposition un plan qui lui permettra de se repérer dans la durée des films. (Une time-line est affichée au bas des écrans permettant de savoir à quel moment tel bâtiment ou lieu apparaîtra.)

En regard à ces images, des plans originaux, des textes, des maquettes d’habitations sont présentés pour compléter et approfondir la lecture de la ville et son histoire.


English

Chandigarh, 50 years after Le Corbusier

On the occasion of the fiftieth anniversary of the death of Le Corbusier, the City of Architecture and Heritage presents an exhibition in Chandigarh, only urban major project of the architect. The exhibition presents the capital of Punjab as it is today, lived and appropriated by the Indians. It wants to show the everyday, the way its people live modernity and realize how the Indians have assimilated, diverted or not.

Decided by Prime Minister Nehru after independence of India in 1947, the construction of the city is part of a vast country’s modernization plan. A network of over one hundred new towns is designed for the purpose of rebalancing and strengthening the major Indian states.
Le Corbusier is working on the new administrative capital of Punjab from 1951 to his death in 1965, with the help of his associates Pierre Jeanneret, Maxwell Fry, Jane B. Drew and Indian architects.
The exhibition wants to give back to Pierre Jeanneret the place and role of designer that was his in the construction of this city by spending fifteen years of his life.
The city was inaugurated October 7, 1953.

A key for reading the city compound of 7 themes (in reference to 7 ways of Le Corbusier) is proposed by curators to document the city : domestic, nature, mobility, sector, informal, polish and heritage. An eighth screen came to add in 7 others, dedicated in the Capitol, the part of the city completely designed by Le Corbusier which welcomes, the Law court, the Assembly, the Secretariat, the tower of the shadows, the open hand, the memorial to the martyrs and the geometrical hill.
These 7 more one themes are deployed in the form of 8 screens of 4 m of base inserted between the arcs of the room. A sound creation, consisted from sounds recorded in the city of Chandigarh, creates a sound image of the city and comes to synchronize.

"How to document a city ? How represent a city like Chandigarh ?"
By showing by the mass of proposed movies that the city is bigger than us. That it is impossible to represent Chandigarh.
The great difficulty was that it was however necessary to find a shape in this impossibility. The answer built itself by realizing a corpus of movies which will exceed the time of a day of opening of the museum.

From its entrance to the room, the visitor is faced with a device of screens which is going to bring him to make decisions as for the way it is going to discover the city of Chandigarh and the exhibition of which it is going to visit. He understands very fast that he can’t see everything and that the city is bigger than him because he is in front of 14 hours of movies. (1 hour 17min and 09s by screen). These sequences are composed by modules 3, 5 or 10 minutes long and separated by blacks.

He is going to be able to choose the way he goes and looks at the images which are proposed to him. Either he sits down in front of a screen in a film frontal, said configuration, or he takes some distance with regard to screens and look at several screens at the same time.
This device pulls that no visitor sees the same representation of the city. Thanks to this device, the visitor keeps its freedom to look and decides on the way he looks at the city.
On every screen, an editing consists of sequences which owed between 2 and 10 min separated by black’s a few seconds allowing the visitor to leave the screen when he wishes for it. In front of this mass of images, he decides to let go itself at random of his wandering and discovers what appears to him without questioning. He is can get organized and take in the entrance of the exhibition a map which will allow him to find a way over time movies. (A time line is given at the entrance allowing to know at which moment such or such building is thrown.)

Accueil du site > Œuvres vidéos /Video works > Inde. Chandigarh, une expérience collective
© Christian Barani 2018 |
  • Œuvres vidéos /Video works |
  • Videos/films |
  • Livres d’artiste / Art Books |
  • Photographies |
  • Vidéos pour scénographies |
  • Textes |
  • Biographie |
  • Actualités/News |
  • Plan du site | contact | rechercher